Brève Revue de Presse


Les Inrockuptibles / Pierre Hivernat / 24 novembre 2000 :
« Il va nous falloir parler d'un spectacle étonnant, intrigant, qui vous remet réalité et fiction à plat, qui tient son monde en haleine une heure et demie durant et où le spectateur, stylo à la main, cherche sans savoir ce qu'il doit trouver. En d'autres circonstances, l'exercice eût été des plus faciles, mais s'agissant de Nous avons fait un bon voyage, mais, nous voilà dans l'obligation de ne rien révéler. Que l'on s'avance dans la description du dispositif scénographique ou que l'on vous raconte la fin, chaque détail mis sur la place publique gâcherait un peu plus l'immense plaisir que les deux protagonistes de cette affaire, Corine Miret et Stéphane Olry, nous ont concocté.(…) »

Le Monde / Jean-Louis Perrier / 3 août 2000 :
« Avec le culot de la première Sophie Calle, ils plongent dans les vies trouvées, cherchent les liens qui pourraient les unir ou les inventent, et se retrouvent du côté de chez Perec, entre passage du bac de la petite dernière et pèlerinage à Lourdes de l'aïeule.(…) Les auditeurs se découvrent spectateurs, haletants, de vies minuscules. S'ils ont parfois l'impression d'être bernés, ce n'est pas sans réclamer de l'être encore. Le théâtre s'est glissé entre les cartes, dans les blancs entre les lignes, dans les écritures trop régulières, dans les interrogations jetées, dans l'incroyable solidité apparente d'un complexe édifice romanesque. Rien de plus malicieux que ce voyage. »

Libération / Maïa Bouteillet / 23 octobre 2000 :
« (…)Sûrs et légers, Corine Miret et Stéphane Olry ont sans doute puisé leur imagination du côté de Georges Perec et de Jacques Tati. »


La Libre Belgique / Ph.T / 3 août 2000 :
« (…) C'est intelligent, original, sensible, ironique, humain, vivant. Deux heures de bonheur. »