Stéphane Olry

 

stephane

Stéphane Olry écrit et met en scène ses premiers spectacles à 16 ans.
Sous l'influence des artistes se produisant à l'Usine Pali-Kao (lieu alternatif où sa compagnie nommée alors Extincteur demeure durant deux ans), ses spectacles intègrent une dimension de rock, de performance et de danse.

Au début des années 90, désireux de regarder le monde au dehors, il acquière un caméscope et réalise des vidéos de création.

En 1995, il tourne avec Corine Miret des Cartes Postales Vidéo au Proche-Orient. En 1992, il travaille pour la première fois comme comédien aux côtés de Jean-Marie Patte dans L'enfant bâtard de Bruno Bayen au Théâtre de l'Odéon.

Directeur avec Corine Miret de La Revue Eclair, il écrit, met en scène et joue avec celle-ci des spectacles basés sur des enquêtes ou témoignant d'expériences de vie.
́Depuis Nous avons fait un bon voyage, mais, conférence sur une collection de cartes postales trouvées, il écrit avec Corine Miret une douzaine de spectacles joués à Paris, en province et à l'étranger.

Treize semaines de vertu, journal de son exercice de treize semaines pour devenir vertueux a été publié aux Editions de l'Amandier. Hic sunt leones, conte imaginé à partir d'une résidence à l'hôpital pour enfants polyhandicapés de La Roche-Guyon a été publié chez le même éditeur. Sa traduction en anglais par Neil Bartlett a été publiée aux Editions Oberon.
Les Editions de l'Œil ont publié en 2016 trois de ses ouvrages : Créer, c'est collaborer; La lecture ce vice impuni et Tu oublieras aussi Henriette.

photo : Meggie Schneider