Corine Miret

corineÀ 5 ans, Corine Miret habite Pithiviers : elle va à l'école de danse des Chamois, aux cours de l'ASSU gym du collège, au club théâtre du lycée; ses parents l'accompagnent aux stages du Groupe Chorégraphique d'Orléans dans les années 1970 et à des cours de danse classique à Paris.
Elle passe son bac en 1980, et monte vivre à la capitale. Elle commence des études de pharmacie tout en suivant des cours de danse au Centre de danse du Marais, à la Ménagerie de Verre, au Centre Sportif Universitaire Jean Sarrailh.

En 1986, le diplôme de pharmacienne en poche, elle se consacre à ce qu'elle veut faire : danser.
Elle passe des auditions et commence à travailler avec Quentin Rouillier au Centre Chorégraphique de Caen, puis Andy Degroat, Jean-Michel Agius, Bernard Glandier, Isabelle Cavoit, Christian Bourigault, en danse contemporaine.
Elle apprend à déchiffrer les partitions de danse baroque du XVIIIè siècle avec Ris et Danceries (Francine Lancelot et François Raffinot). Elle danse au sein de la compagnie dans des opéras-ballets et chorégraphies. Elle continue avec Marie-Genevière Massé, Ana Yepes, Natalie van Parys et Béatrice Massin.

En 1994, elle commence à tourner des cartes postales vidéos avec Stéphane Olry en France, en Europe et au Proche-Orient. Ils organisent des diffusions en appartement de films d'artistes contemporains lors de Thés Vidéos.

Ils créent ensuite de nombreux spectacles à partir de recherches dans des archives, de pratiques de vie, en collaborant régulièrement avec d'autres artistes. Citons entre autres :
Nous avons fait un bon voyage mais; Les salons de lecture; La Vita Alessandrina; Mercredi 12 mai 1976; Un voyage d'hiver; Hic Sunt Leones; Les Arpenteurs; Tu oublieras aussi Henriette; Une mariée à Dijon; La Tribu des Lutteurs; Mercredi dernier; Boxing Paradise.

Grâce à une bourse de la Fondation Beaumarchais, elle créé en 2004 un solo de danse contemporaine : Eniroc Terim, autoportrait dansé.

Elle a aussi collaboré avec Matthieu Malgrange et Cécile Saint-Paul pour des spectacles, tourné avec Franck Smith et Anne-Sophie Rouvillois.

Elle a obtenu les diplômes de professeur de danse contemporaine et de praticienne Feldenkrais.

photo : Cécile Saint-Paul