Écoutez l'enregistrement public du Drag Requiem !

Hommage de Jean-Christophe Marti aux travestis du bois. Œuvre interprété par le chœur d'aventure rassemblé dans le cadre des habitants du bois, projet d'habitation du bois de Vincennes par quatre artistes inventé par La Revue Éclair.

Le 20 septembre 2015 le chœur d'Aventure, chœur d'amateurs réssemblés tous les jeudi durant l'été 2015 autour de Jean-Christophe Marti a chanté le Drag Requiem. Voilà l'enregistrement complet de la performance.

 

Tout lire

(utiliser les flèches pour passer à la partie suivante ou précédente)

 

Introduction par Jean-Christophe Marti :

Auditrices et auditeurs d’aventure !

Vous allez écouter le drag requiem créé par le chœur d’aventure le 20 septembre 2015, au Théâtre de l’Aquarium niché sous les frondaisons du Bois de Vincennes.

 

Drag ? Acronyme de dressed as a girl (vêtu en fille). Ce requiem salue la mémoire des amis travestis que j’ai connus au Bois de Boulogne.

Requiem ? Plutôt que funèbre, il rend hommage aux formes de vies extraordinaires inventées par ces travestis.

Chœur d’aventure ? Voici l’appel que j’ai lancé en juin 2015 :

« A toutes et à tous :

Que vous chantiez, toujours, un peu, ou jamais,

Que vous ayez un peu, beaucoup, ou pas du tout de pratique vocale ou chorale,

Que vous ayez un peu, beaucoup, ou aucune connaissance ou expérience musicales…

Je vous invite à venir chanter dans le Chœur d’aventure créé au Théâtre de l’Aquarium cet été 2015, lors de ma résidence (21 juin-21 septembre 2015).

Un chœur ouvert à toutes et à tous, dont je dirigerai les sessions hebdomadaires au fil de l’été.

Le principe de base est la liberté la plus grande, afin d’explorer les infinies possibilités offertes par le chant collectif. Je m’appuierai sur mon expérience confirmée de chef de chœur et de compositeur afin de proposer, mais aussi d’accueillir, toutes les propositions qui inspireront ce chœur. »

J’ajoute qu’aucune constance n’était requise pour participer aux sessions : vous pouviez venir une fois, ou trois — ou à chaque fois.

Ainsi, chacun des neuf jeudis soirs de juillet-août 2015, nous nous sommes réunis pour chanter, levant crânement le flambeau de la « liberté la plus grande » d’où est né le drag requiem.

Sa forme n’est point écrite sur partition : elle se passe (presque) entièrement de solfège ! Ce n’est pas pour autant une improvisation. Chaque séquence fut cherchée, travaillée, mais aussi laissée, tel un voilier qui sort du port, au gré des alizés et des aléas du jour. Le concert est ainsi un genre de performance.

Et les textes ? Avec quelque licence leur ordonnancement reprend la Messe de requiem léguée par la tradition, qui comporte de délicieux poèmes médiévaux, le Dies iræ notamment. J’ai historié les textes latins ; demandé à Stéphane Olry d’écrire des paraphrases de plusieurs séquences ; cité une litanie des noms de guerre de travestis, relevée par le grand écrivain chilien Pedro Lemebel ; mis en musique un beau souvenir d’une des choristes d’aventure, Dominique Louyot… etc. Redonné, notre drag requiem continuera de se transformer et de s’enrichir. D’une fois l’autre il ne saurait être que différent ; inachevable plutôt qu’inachevé.

Dédicace : para Mina M., Jany R., Maria N. …para vosotros todos y con os todas,

Celebrar en secreto,

Cantar o llorar en publico,

para la eternidad del tiempo breve

este « drag requiem ».                           Jean-Christophe Marti

 


Lecture par chapitre

01- Introït


02 - Kyrie


03 - Graduel


04 - Trait


05 - Offertoire


05B


06 - Dies Irae


07 - Tuba mirum


08 09 - Rex Tramendae - Recordare


10 - Sanctus


11 - Lacrymosa


12 - Bercement


13 - In Paradisum

Mots-clés: Productions