Un rêve

J’ignorais la présence de ce funérarium dans le bois de Vincennes. Il est situé dans une parcelle plantée de pins parasol. Je m’y rends avec François Rancillac, directeur du Théâtre de l’Aquarium. Un crématorium se trouve au centre du cimetière, et c’est sans doute à la crémation d’un ami commun que nous nous rendons.
En attendant l’arrivée du corps, nous flânons dans le cimetière.
Etrange idée d’avoir installé un golf miniature dans ce cimetière. Encore plus étrange, la présence au guichet de ma tante Aliette, pétainiste proclamée, agent des renseignements généraux après la guerre. Un acolyte, tête de fouine gominée se tient à ses côtés. Nous les interrogeons sur la présence de ce golf miniature dans un cimetière. C’est pour occuper les enfants durant les cérémonies nous répond le gominé d’un ton d’évidence. Je lui réponds je ne sais quoi sur un ton de politesse tendue. Il nous tend des tickets. Vous voulez faire une partie en attendant le corps de votre ami, nous propose-t-il d’un ton goguenard. J’éclate en rage. Insulte le gommeux. Toute la haine que je ressens pour ce qu’il représente lui et ma tante, je lui déverse au visage. Nous allons en venir aux mains quand François Rancillac s’interpose et m’entraine. Allons, me dit-il alors que nous nous éloignons, tu ne peux pas me mettre sans cesse dans des situations aussi embarrassantes.
Aujourd’hui, c’est le 11 novembre.