Historique

Index de l'article


En 1999, est présenté la première de Nous avons fait un bon voyage, mais de Stéphane Olry et Corine Miret au théâtre de L’Aire Libre à Saint-Jacques-de-la-Lande. Prenant la forme d'une conférence sur une collection de cartes postales trouvées, le spectacle est repris au Théâtre de la Cité Internationale. Nous avons fait un bon voyage, mais a été a été joué cent soixante fois depuis lors en France et à l’étranger.  Nos recherches d'auteurs de cartes postales sur minitel, nos transactions en centaines de francs donnent un aspect désuet et ringard aux deux conférenciers que nous sommes qui nous réjouissent autant que notre public.Bon voyage image 1poursite

En mars 2002, en collaboration avec Clotilde Ramondou, Corine Miret et Stéphane Olry conçoivent Le salon de lecture produit par la Grande Halle de la Villette. salondelecture3poursite

Douze séances d’un cycle consacré aux « Savoir-vivre »  sont présentées tous les derniers dimanches du mois jusqu’en mars 2003, dans un dispositif permettant au spectateurs de s'assoir, s'allonger, boire le thé en écoutant les lectures.

La Revue Éclair crée en octobre 2002 au Théâtre Garonne La Vita Alessandrina Avant Projet Définitif de Stéphane Olry , mis en scène par Xavier Marchand, joué ensuite à Paris au Théâtre de la Cité Internationale dans le cadre du Festival d’Automne 2002 à Paris. Hall dun immeuble levantinpoursite

Ultime réunion de présentation d'un ambitieux projet culturel (construire une tour où seraient rassemblés les 1000 souvenirs de l'auteur concernant le proche-Orient, La Vita allessandrina est finalement un tombeau, celui du passé des communautés levantines d'Alexandrie inspiré par la figure de Bernard de Zogheb, dandy qui écrivit douze opéras en italien macaronique sur des airs de variété.photo vita poursite


En septembre 2003, en réponse à une commande du Conseil Général des Bouches-du-Rhône pour les journées du patrimoine à La Revue Éclair, Stéphane Olry écrit et met en espace Le Musée est le temple des Muses. Neuf muses incarnée par neuf interprètes barbus disent neuf monologues dans neuf salles du Museon Arlaten, musée fondé par Frédéric Mistral.lhelicon2poursite

En juin 2004, aprés avor retrouvé dans un coffre les archives de son grand-père, officier de cavalerie, Stéphane Olry écrit le récit de ses investigations dans ces archives et la mémoire du 20° siècle de sa famille paternelle.  5ensemblepoursite

La Chambre noire de Stéphane Olry est créé à la Villa Gillet à Lyon, dans une mise en scène de Corine Miret.chambre michelMathiasstephanelightpoursite

Lors de cette même résidence à Lyon, Corine Miret crée son premier solo Eniroc Terim sous une forme de questionnement autobiographique : Que reste-t-il d’une expérience de 30 ans de pratique des danses classique, contemporaine et baroque ?

eniroc pour site 3

« …La gravité diffère de la décence et de la dignité,
en ce que la décence renferme les égards que l'on doit au public,
la dignité ceux qu'on doit à sa place,
et la gravité ceux que l'on se doit à soi-même. »
« article gravité » - Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Le Mercredi 12 mai 1976, les footballeurs de l'équipe de Saint Étienne affrontaient à Glasgow le Bayern de Munich  en finale de la coupe des cubs champions. Que reste-il de cet évènement dans la mémoire des stéphanois ? Quelle place occupe le club dans la vie de la cité? Quelle est le tissu de la vie des supporteurs?  alv.09 18.okASSE leger poursite

Mercredi 12 mai 1976 est écrit par Corine Miret et Stéphane Olry à partir de 42 entretiens avec des supporters des Verts. Le spectacle est créé à Saint Étienne en juin 2005 dans la cadre de la Biennale de la Ville/Les Transurbaines en co-production avec la Comédie de Saint-Étienne.